Arabes du Christ


" الهجرة المسيحية تحمل رسالة غير مباشرة للعالم بأن الإسلام لا يتقبل الآخر ولا يتعايش مع الآخر...مما ينعكس سلباً على الوجود الإسلامي في العالم، ولذلك فإن من مصلحة المسلمين، من أجل صورة الإسلام في العالم ان .... يحافظوا على الوجود المسيحي في العالم العربي وأن يحموه بجفون عيونهم، ...لأن ذلك هو حق من حقوقهم كمواطنين وكسابقين للمسلمين في هذه المنطقة." د. محمد السماك
L'emigration chretienne porte au monde un message indirecte :l'Islam ne tolere pas autrui et ne coexiste pas avec lui...ce qui se reflete negativement sur l'existence islamique dans le monde.Pour l'interet et l'image de l'Islam dans le monde, les musulmans doivent soigneusement proteger l'existence des chretiens dans le monde musulman.C'est leur droit ..(Dr.Md. Sammak)

jeudi 26 janvier 2017

Suspendu il y a un an par Rome, l'évêque maronite de Saïda quitte son diocèse - cath.ch

Suspendu il y a un an par Rome, l'évêque maronite de Saïda quitte son diocèse - cath.ch

Suspendu il y a un an par Rome, l'évêque maronite de Saïda quitte son diocèse

25.01.2017 par Jacques Berset

Mgr Elias Nassar, évêque maronite de Saïda, au Liban du Sud, a accepté de quitter son siège le 25 janvier 2017. Il avait été suspendu il y a un an par la Congrégation romaine pour les Eglises orientales,  décision prise en coordination avec le siège patriarcal maronite de Bkerké.

Le prélat se plie ainsi à la décision du pape François de l'éloigner de son diocèse à partir de cette date et de le nommer visiteur apostolique en Europe, rapporte le 25 janvier 2017 le quotidien francophone libanais  L'Orient-Le Jour .

Une décision "injuste"

Mgr Nassar s'est plaint toutefois "de n'avoir pas pu se défendre des accusations lancées contre lui et de n'avoir pu s'en expliquer personnellement devant le Saint-Père". Il qualifie cette décision d'"injuste", notamment parce qu'il n'a pas pu plaider son dossier de vive voix devant le pape, soulignant que cette décision avait été "clairement endossée" par le patriarche maronite.

"Tout le monde convient que mon dossier est propre, et qu'il n'y figure ni crimes ni pratiques justifiant un jugement de l'Eglise à mon encontre", a-t-il lancé au cours d'une conférence de presse tenue au siège de l'évêché de Saïda. Il y a un an, l'archevêque maronite de Beyrouth, Mgr Boulos Matar, avait été chargé de superviser les décisions administratives de Mgr Nassar.

"Mon dossier est propre… je suis victime d'une campagne diffamatoire"

"Mes positions politiques ont été exploitées par certaines personnes lésées ou d'influence qui ont mené une campagne diffamatoire pour déformer mon image aux yeux de l'opinion, me nuire et nuire à l'évêché", a-t-il affirmé.

A la suite d'une plainte transmise au siège patriarcal de Bkerké, "Mgr Nassar avait comparu devant un conseil restreint du synode des évêques maronites. Il était alors apparu que le différend entre l'évêque et ses paroissiens était trop profond pour qu'il puisse continuer à assumer ses charges pastorales dans un climat pacifié", écrivait le journal le 25 février 2016.

Dans le passé, Mgr Nassar avait été très critique envers Samir Geagea, leader des Forces Libanaises. Il a également été dans collimateur de l'Alliance du 14-Mars pour ses prises de position. L'évêque sortant de Saïda a relevé au cours de sa conférence de presse que ses détracteurs lui reprochent d'avoir lancé des projets résidentiels à Jezzine, Rmeilé, et Deir el-Qamar. "Des pressions ont été exercées par des parties politiques et ecclésiastiques" pour amener les banques qui lui ont fait crédit à se rétracter, et même pour persuader près de 120 acquéreurs éventuels à renoncer à leurs projets, note L'Orient-Le Jour. (cath.ch/orj/be)



Envoyé de mon iPhone

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.