Arabes du Christ


" الهجرة المسيحية تحمل رسالة غير مباشرة للعالم بأن الإسلام لا يتقبل الآخر ولا يتعايش مع الآخر...مما ينعكس سلباً على الوجود الإسلامي في العالم، ولذلك فإن من مصلحة المسلمين، من أجل صورة الإسلام في العالم ان .... يحافظوا على الوجود المسيحي في العالم العربي وأن يحموه بجفون عيونهم، ...لأن ذلك هو حق من حقوقهم كمواطنين وكسابقين للمسلمين في هذه المنطقة." د. محمد السماك
L'emigration chretienne porte au monde un message indirecte :l'Islam ne tolere pas autrui et ne coexiste pas avec lui...ce qui se reflete negativement sur l'existence islamique dans le monde.Pour l'interet et l'image de l'Islam dans le monde, les musulmans doivent soigneusement proteger l'existence des chretiens dans le monde musulman.C'est leur droit ..(Dr.Md. Sammak)

mercredi 28 février 2018

Réouverture du Saint Sépulcre et future examen des controverses relatives aux propriétés ecclésiastiques de la part d’une commission gouvernementale






بيان رؤساء الكنائس  في مدينة القدس :

إننا رؤساء الكنائس المسؤولة عن القبر المقدس (كنيسة القيامة) والوضع الراهن Status Quo الذي يحكم مختلف المواقع المقدسة المسيحية في القدس: البطريركية الرومية الأرثوذكسية، وحراسة الأراضي المقدسة والبطريركية الأرمنية؛ نتابع بقلق بالغ الحملة الممنهجة ضد الكنائس والجماعة المسيحية في الأرض المقدسة، في انتهاك صارخ للوضع القائم.

لقد وصلت هذه الحملة الممنهجة والعدوانية في الآونة الأخيرة إلى مستوى لم يسبق له مثيل، حيث أصدرت بلدية القدس إشعارات فاضحة وأوامر بالاستيلاء على أصول الكنيسة وممتلكاتها وحساباتها المصرفية للديون المزعومة من الضرائب البلدية العقابية. وهذه خطوة تتعارض مع الوضع التاريخي للكنائس داخل مدينة القدس المقدسة وعلاقتها بالسلطات المدنية. إن هذه الإجراءات تخرق الاتفاقات القائمة والالتزامات الدولية التي تضمن حقوق الكنائس وامتيازاتها، وكمحاولة لإضعاف الوجود المسيحي في القدس. إن أكبر ضحايا هذه الإجراءات هم الأسر الفقيرة التي ستذهب دون طعام وسكن، فضلا عن الأطفال الذين لن يتمكنوا من الالتحاق بالمدارس.

تصل اليوم هذه الحملة الممنهجة المسيئة للكنائس والمسيحيين إلى ذروتها، من خلال الترويج لقانون يتميز بالعنصرية يستهدف مميزات الجماعة المسيحية في الأرض المقدسة. ومن المقرر أن يتقدم بهذا المشروع البغيض اليوم في اجتماع اللجنة الوزارية، وإذا ما تمت الموافقة عليه، فسيجعل مصادرة ممتلكات الكنائس ممكنة. إن هذا يذكرنا جميعًا بقوانين مماثلة تم اتخاذها ضد اليهود خلال فترة مظلمة في أوروبا.

ينتهك هذا الهجوم المنهجي وغير المسبوق ضد المسيحيين في الأرض المقدسة، وبشدة، الحقوق الأساسية والحقوق السيادية، ضاربًا نسيج العلاقات الحساس بين الجماعة المسيحية والسلطات لعقود خلت. وبناءً على ذلك، وبالإشارة إلى بيان البطاركة ورؤساء الكنائس المحلية في القدس، بتاريخ 14 شباط 2018، وإلى البيان الصادر في أيلول 2017، وكإجراء احتجاجي، فقد قررنا اتخاذ هذه الخطوة غير المسبوقة بإغلاق كنيسة القبر المقدس (القيامة).

إننا نقف جنبًا إلى جنب مع جميع رؤساء الكنائس في الأرض المقدسة، متحدين وحازمين في حماية حقوقنا وممتلكاتنا، طالبين أن يستجيب الروح القدس إلى صلواتنا، وأن يجلب لنا الحل لهذه الأزمة التاريخية في مدينتنا المقدسة.

البطريرك ثيوفيلوس الثالث، بطريرك القدس للروم الأرثوذكس

الأب فرانشيسكو باتون، حارس الأراضي المقدسة

البطريرك نورهان مانوغيان، بطريرك القدس للأرمن الأرثوذكس

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2099824333362854&id=1884914284853861




Réouverture du Saint Sépulcre et future examen des controverses relatives aux propriétés ecclésiastiques de la part d’une commission gouvernementale
Jérusalem (Agence Fides) – A partir de 04.00 locales de ce jour, 28 février, le portail de la Basilique du Saint Sépulcre a été rouvert. La fermeture a donc duré trois jours, de Dimanche dernier à hier, sur la base d’une décision des trois réalités ecclésiales – Custodie franciscaine de Terre Sainte, Patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem et Patriarcat arménien apostolique de Jérusalem – qui partagent la gestion de la Basilique, présentée par ces derniers comme un geste de protestation publique mis en œuvre pour dénoncer la « campagne systématique contre les Eglises et la communauté chrétienne en Terre Sainte, en violation flagrante du statu quo », violation attribuée aux autorités israéliennes.

La fin de la fermeture singulière a été provoquée par l’annonce – diffusée dans l’après-midi d’hier par le Bureau du Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu – du fait que le gouvernement de l’Etat d’Israël aurait cherché avec les Eglises chrétiennes présentes en Terre Sainte des solutions partagées pour surmonter les points de contraste. Les négociations seront confiées à une Commission présidée par Tzachi Hanegbi, Ministre de la coopération régionale. Entre temps – a averti la note du Bureau du Premier Ministre – la municipalité de Jérusalem a suspendu les processus de recouvrement des taxes mis en œuvre à l’encontre de biens immobiliers ecclésiastiques sis dans la Villes Sainte. La Commission – indique la note du Bureau du Premier Ministre – s’occupera également de l’épineuse question des propriétés immobilières ecclésiastiques qui par le passé avaient été cédées dans le cadre de baux de longue durée – pouvant aller jusqu’à 99 ans – au fond national juif et que récemment ces mêmes sujets ecclésiastiques, pour faire face à leurs dettes, auraient vendu à de grands groupes immobiliers privés. Le Parlement israélien travaillait depuis longtemps à une proposition de loi visant à garantir à l’Etat d’Israël la possibilité de confisquer de tels terrains et biens immobiliers, les soustrayant à de possibles controverses foncières, en particulier pour protéger les intérêts des locataires actuels. En vue de futures négociations entre le gouvernement israélien et les sujets ecclésiaux, est suspendue toute initiative législative concernant cette question controversée. Le communiqué du Bureau du Premier Ministre a également réaffirmé que « Israël est fier d’être le seul pays du Proche Orient où les chrétiens et les disciples de toutes les religions disposent d’une pleine liberté pour exprimer leur foi ».
Dans l’après-midi d’hier, les Chefs des Eglises gérant conjointement le Saint Sépulcre ont diffusé un communiqué pour « rendre grâce à Dieu » pour les décisions communiquées par le gouvernement de l’Etat d’Israël, exprimant leur gratitude « pour tous ceux qui ont œuvré sans relâche pour conserver la présence chrétienne à Jérusalem et défendre le status quo – ensemble de règles et d’usages sur lequel se fonde, depuis l’Empire ottoman, la cœxistence entre les différentes communautés religieuses dans la Ville Sainte. (GV) (Agence Fides 28/02/2018)


Troisième jour de fermeture du Saint Sépulcre et prise de position de la Ligue arabe contre les taxes sur les biens ecclésiastiques
Jérusalem (Agence Fides) – Aujourd’hui encore, 27 février, le portail de la Basilique du Saint Sépulcre, à Jérusalem, est demeuré fermé aux visites des pèlerins et des touristes qui visitent la Ville Sainte. De nombreux groups de fidèles – indiquent des sources locales consultées par l’Agence Fides – font halte sur le parvis de la Basilique et récitent des prières en s’appuyant notamment aux murs externes et au portail de la Basilique.

La fermeture du Saint Sépulcre a été décidée par les responsables des trois réalités ecclésiales - Custodie franciscaine de Terre Sainte, Patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem et Patriarcat arménien apostolique de Jérusalem – qui partagent la gestion de la Basilique, présentée par ces derniers comme un geste de protestation publique mis en œuvre pour dénoncer la « campagne systématique contre les Eglises et la communauté chrétienne en Terre Sainte, en violation flagrante du statu quo », violation attribuée aux autorités israéliennes. Une campagne qui, selon les Chefs des Eglises de Jérusalem, a atteint « des niveaux sans précédent » au travers de la demande de la municipalité de Jérusalem de percevoir des taxes locales sur les biens ecclésiastiques, disposant également le gel des comptes bancaires de différentes réalités ecclésiales pour les pousser à verser les arriérés.
Au cours de la journée du 26 février, le Vice secrétaire général de la Ligue arabe pour la Palestine et les territoires arabes occupés, Saeed Abu Ali, a condamné l’imposition de taxes sur des biens ecclésiastiques disposée par les autorités israéliennes, qualifiant cette dernière de « énième agression contre le peuple palestinien » mise en œuvre pour consolider « l’occupation de la Villes Sainte » et qui a également pour effet de vider de leur sens les accords déjà signés et les négociations encore en cours entre Israël et le Saint-Siège. (GV) (Agence Fides 27/02/2018)



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.