Arabes du Christ


" الهجرة المسيحية تحمل رسالة غير مباشرة للعالم بأن الإسلام لا يتقبل الآخر ولا يتعايش مع الآخر...مما ينعكس سلباً على الوجود الإسلامي في العالم، ولذلك فإن من مصلحة المسلمين، من أجل صورة الإسلام في العالم ان .... يحافظوا على الوجود المسيحي في العالم العربي وأن يحموه بجفون عيونهم، ...لأن ذلك هو حق من حقوقهم كمواطنين وكسابقين للمسلمين في هذه المنطقة." د. محمد السماك
L'emigration chretienne porte au monde un message indirecte :l'Islam ne tolere pas autrui et ne coexiste pas avec lui...ce qui se reflete negativement sur l'existence islamique dans le monde.Pour l'interet et l'image de l'Islam dans le monde, les musulmans doivent soigneusement proteger l'existence des chretiens dans le monde musulman.C'est leur droit ..(Dr.Md. Sammak)

vendredi 2 mars 2018

RAQ - Appel des responsables religieux irakiens en faveur de l’adoption d’une loi punissant le fanatisme instiguant à la haine

IRAQ - Appel des responsables religieux irakiens en faveur de l’adoption d’une loi punissant le fanatisme instiguant à la haine
 
Bagdad (Agence Fides) – Les Chefs des communautés religieuses présentes en Irak demanderont au Parlement irakien d’approuver une loi visant à punir au pénal les formes de propagande religieuse instiguant à la haine et à la violence. C’est ce qu’indique le Patriarcat de Babylone des Chaldéens publiant le compte-rendu d’une rencontre singulière ayant rassemblé, le 1er mars, en l’église Saint Joseph du quartier de Karrada, à l’invitation du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, les responsables religieux irakiens. A cette réunion, ont participé une trentaine de représentants religieux – musulmans chiites et sunnites, chrétiens, sabei et yézidis – et de responsables des bureaux politiques chargés des dotations des différentes communautés religieuses, ainsi que S.Exc. Mgr Alberto Ortega Martín, Nonce apostolique en Irak. Dans ce cadre – indiquent les sources officielles du Patriarcat de Babylone des Chaldéens consultées par l’Agence Fides – ont été prises en considération la proposition d’organiser des réunions analogues dans d’autres villes du pays, telles que Najaf, et d’établir un conseil permanent rassemblant périodiquement des chercheurs et de hauts représentants des différentes communautés religieuses. A également été examinée la proposition de surveiller plus attentivement la prédication religieuse dans les lieux de culte et d’examiner avec plus de soin les cours donnés dans les centres de formation religieuse, toujours dans le but de lutter ensemble contre les racines du fanatisme. « Le jour du Jugement – a déclaré entre autre aux participants S.B. Louis Raphaël I Sako dans son intervention d’ouverture de la rencontre – il ne nous sera pas demandé si nous sommes musulmans shiites ou sunnites, chrétiens catholiques ou orthodoxes, mandei ou yézidis mais bien plutôt ce que nous avons fait pour notre frère et ce que nous avons offert à notre peuple ». (GV) (Agence Fides 02/03/2018)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.